Faire défiler
Notification

Autoriserez-vous One IBC à vous envoyer des notifications?

Nous ne vous informerons que des nouvelles les plus récentes et pertinentes.

Fiscalité aux EAU

Heure mise à jour: 08 Jan, 2019, 19:14 (UTC+08:00)

Impôt sur le revenu des sociétés des EAU (ou équivalent)

Actuellement, la fédération des EAU n'impose pas d'impôt fédéral sur le revenu des sociétés aux Emirats. Cependant, la plupart des Emirats constituant la fédération des EAU ont introduit des décrets d'impôt sur le revenu à la fin des années 60 et l'imposition est donc déterminée sur une base émirat par émirat. La résidence fiscale en vertu des décrets fiscaux des différents Emirats est basée sur le concept français de territorialité. Fondamentalement, le concept français de territorialité impose les bénéfices en fonction du lien territorial, plutôt que d'imposer les bénéfices réalisés à l'extérieur du pays. En vertu des décrets fiscaux fondés sur les émirats, les impôts sur les sociétés peuvent être imposés à toutes les entreprises (y compris les succursales et les établissements stables) à des taux allant jusqu'à 55%. Cependant, dans la pratique, l'impôt sur les sociétés n'est actuellement imposé qu'aux sociétés pétrolières et gazières et aux succursales de banques étrangères opérant dans l'émirat. En outre, certains émirats ont introduit leurs propres décrets fiscaux bancaires spécifiques qui imposent une taxe sur les succursales de banques étrangères au taux de 20%. Les entités établies dans une zone de libre-échange des Émirats arabes unis sont traitées différemment d'une entité émirienne «onshore» normale. Comme indiqué précédemment, les zones de libre-échange ont leurs propres règles et réglementations et généralement, d'un point de vue fiscal, elles offrent généralement des exonérations fiscales garanties aux entreprises (et à leurs employés) installées dans la zone de libre-échange pour une période allant de 15 à 50 ans ( qui sont pour la plupart renouvelables). Sur la base de ce qui précède, la plupart des entités enregistrées aux EAU ne sont actuellement pas tenues de déposer des déclarations de revenus aux EAU, quel que soit l'endroit où leur entreprise aux EAU est enregistrée.

Fiscalité aux EAU

Impôt sur le revenu

Il n'y a actuellement aucun impôt sur le revenu des particuliers au niveau fédéral ou émirat imposé aux personnes travaillant aux EAU. Il existe un régime de sécurité sociale aux EAU qui s'applique aux employés ressortissants du CCG. En règle générale, pour les ressortissants des Émirats arabes unis, le paiement de la sécurité sociale est de 17,5% de la rémunération brute de l'employé comme indiqué dans le contrat de travail d'un employé et s'applique indépendamment des exonérations fiscales de la zone franche. 5% sont à la charge de l'employé et les 12,5% restants sont à la charge de l'employeur. Les tarifs peuvent différer selon les Émirats. L'obligation de retenue incombe à l'employeur. Il n'y a pas de prestations de sécurité sociale pour les expatriés. Par souci d'exhaustivité, les expatriés employés par un employeur des EAU ont droit en vertu de la loi sur le travail des EAU à une gratification (ou une prestation de «fin de service»). Les prestations de fin de service ne s'appliquent pas aux employés nationaux des EAU. Sur la base de ce qui précède, les personnes résidant aux EAU ne sont actuellement pas tenues de produire des déclarations de revenus personnelles aux EAU.

Taxe de vente / TVA

Il n'y a actuellement pas de TVA aux EAU. Cependant, les EAU (ainsi que les autres pays membres du Conseil de coopération du Golfe) se sont engagés, en principe, à introduire un système de TVA et les EAU ont fait des progrès significatifs vers son introduction, ce qui est attendu dans un proche avenir. Pour le moment, il n'y a pas de confirmation sur ses tarifs ni sur la manière dont cela affectera les opérations commerciales aux EAU (onshore ou zones de libre-échange).

Autres taxes

La retenue d'impôt

Il n'existe actuellement aucune réglementation de retenue à la source aux EAU qui s'appliquerait aux paiements tels que les redevances, les intérêts ou les dividendes, etc. effectués par les entités des EAU à une autre personne (résidente ou non). Autrement dit, les paiements de toute nature effectués par une société des EAU ne devraient pas subir de retenues à la source aux EAU.

Taxe municipale

Les taxes foncières municipales sont perçues dans les différents émirats sous diverses formes, mais généralement en pourcentage de la valeur locative annuelle. Dans certains cas, des frais distincts sont à la charge des locataires et des propriétaires. (Par exemple, à Dubaï, ils sont actuellement perçus à 5% de la valeur locative annuelle pour les locataires ou pour les propriétaires fonciers à 5% de l'indice de location spécifié). Ces prélèvements sont administrés différemment par chaque émirat. Ces prélèvements peuvent également être perçus en même temps (ou dans le cadre) des redevances de licence, ou du renouvellement des licences, ou par une autre méthode. (Par exemple, à Dubaï, les paiements ont récemment commencé à être collectés via le système de facturation de la Dubai Electricity and Water Authority).

Taxe d'hôtel

La plupart des émirats imposent une taxe d'hôtel de 5 à 10% sur la valeur des services et des divertissements de l'hôtel.

Prix de transfert et capitalisation restreinte

Il n'existe actuellement aucun régime de prix de transfert aux EAU. Il n'y a actuellement aucune exigence de sous-capitalisation (ou de ratio d'endettement) aux EAU.

Lire la suite

À propos de nous

Nous sommes toujours fiers d'être un fournisseur de services financiers et d'entreprise expérimenté sur le marché international. Nous vous fournissons la meilleure valeur et la plus compétitive en tant que clients précieux pour transformer vos objectifs en une solution avec un plan d'action clair. Notre solution, votre succès.

US